Partagez | 
 

 Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chimère


avatar

Date d'inscription : 24/06/2017
Messages : 20
Nom de code : Chimère
Disponibilité RP : Deux à trois rps
Zone libre gif :
Célébrité : Jodelle Ferland
Pseudo : Rine

MessageSujet: Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]   Dim 9 Juil - 18:06

3h11, quartier de Tribeca, sud ouest de Manhattan

Le renard avançait sur le terrain vague en reniflant le sol, à la recherche de petits rongeurs ou d’une piste odorante qui le mènerait à un quelconque repas.
Il s’immobilisa et ses yeux brillèrent sous un reflet de la lune, seule source de lumière en cette heure avancée de la nuit. Il avait repéré un regroupement de bennes à ordure stockées plus loin, probablement utilisées par les commerces alentours pour jeter leurs déchets. Il trottina jusque là et sauta sur une pile de vieux pneus pour se mettre à hauteur de la seule qui était ouverte et y passer avidement la tête.
Il se figea alors de nouveau et se mit à grogner agressivement contre quelque chose présent dans la poubelle.

“ Eh ! Va t-en ! J’étais là la première ! ” lui répliqua alors une voix toute aussi agressive.

L’animal hérissa son poil et gronda de plus belle, jusqu’à ce qu’une boîte de carton lui atterrisse sur le nez, le poussant à la retraite. Le petit prédateur ne tenta pas le diable et fila dans la nuit vers une autre source de nourriture, grognant avec mauvaise humeur.
Une petite tête cornue surgit alors de la benne et regarda l’animal trottiner plus loin avant de retourner dans le container.

Chimère fouillait la massive benne à ordures depuis quelques minutes déjà. Régulièrement, les supermarket et restaurants du coin jetaient leurs détritus et aliments “passés” ici, offrant au moins une fois par semaine à la petite errante un incroyable butin à ramener à sa colonie souterraine. Elle avait découvert ce terrain vague au coeur du quartier de Tribeca un mois plus tôt et jusqu’à présent il ne l’avait jamais déçu. C’était même étonnant que personne d’autre ne semble l’avoir repéré. Ou en tout cas ils ne venaient pas à cette heure de la nuit.
Concentrée, la fillette écartaient les cartons vides et les cannettes éventrées pour trouver ce qu’elle cherchait. Elle avait déjà récupéré une bouteille de lait à peine passée, deux poires juste abîmés d’un côté et une conserve de soupe à la tomate, sans doute jetée là parce qu’elle était toute cabossée. Bref, un véritable festin pour la petite fugitive.
Mais elle ne comptait pas s’arrêter là. Elle ne savait pas jusqu’à quand dureraient ces escapades ici. Du jour au lendemain quelqu’un pouvait fermer le terrain vague ou d’autres errants pouvaient découvrir le lieu, mettant fin à ses propres fouilles nocturnes. Alors autant prendre le plus possible de nourriture, autant que pouvait en contenir son sac à dos.
Alors qu’elle soulevait un pile de vieux set-de-table en plastique, la fillette se retrouva soudain intriguée par un objet qui se trouvait en dessous. C’était une sorte de petite boîte de métal blanche à moitiée rouillée. Son état laissait supposer qu’elle était là depuis plus longtemps que le reste. Curieuse, Chimère pencha la tête sur le côté puis avança une main et attrapa l’objet. Elle le tourna dans tous les sens, l’observa sous toutes les coutures et le secoua à son oreille pour écouter le bruit qu’il faisait. Quelque chose avait l’air de se trouver à l’intérieur. La boîte métallique était fermée par un petit verrou, mais rien qu’elle ne pouvait forcer. Elle cala l’objet entre ses jambes et sortit une épingle à cheveux et son couteau suisse. Il ne lui fallut pas plus d’une minutes pour venir à bout de la vieille serrure, peut être la cause de l’abandon de la boîte, les gens étaient vraiment trop bêtes…
En l’ouvrant, Chimère ouvrit de grands yeux curieux. A l’intérieur se trouvait un petit ensemble de premiers secours : un rouleau de bandages, une petite paire de ciseaux recourbés, un flacon de désinfectant et du scotch. Son regard fixa un moment la trouvaille avec émerveillement. Puis elle se décida enfin à bouger et, refermant délicatement la boîte, elle la rangea dans son sac.

Quelques minutes plus tard elle sauta hors de la benne, sûre de l’avoir vidée entièrement et de ne plus pouvoir rien mettre dans son petit sac à dos. Elle était impatiente de rentrer pour montrer à Kald ce qu’elle avait trouvé, surtout la trousse de soin.
Rehaussant les lanières de son sac, elle emprunta le chemin de la sortie du terrain vague, marchant tranquillement, le visage satisfait. Il n’était pas très tard alors autant prendre son temps pour rentrer. Elle laissa son regard d’ambre observer la voûte céleste, profitant d’un agréable vent frai sur son visage qu’elle avait jamais l’occasion de sentir dans les souterrains de la ville. Elle n’avait pas rabattu sa capuche sur sa tête cornue pour une fois. Personne ne venait jamais ici à cette heure de toute façon.
Du moins, c’est ce qu’elle croyait…
Car au détour d’une pile de vieilles machines ménagères, elle se stoppa soudain et écarquilla les yeux. A quelques pas d’elle, contre la carcasse d’un four rouillé, se tenait un homme. Un homme qui devait l’avoir repérée depuis longtemps vu le manque de précaution qu’elle avait prise par rapport au bruit qu’elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Barnes


avatar

Date d'inscription : 06/07/2017
Date de naissance : 05/02/1992
Messages : 21
Nom de code : Soldat de l'hiver
Disponibilité RP : Pas encore
Zone libre gif :
Célébrité : Sebastian Stan
Pseudo : Clow'

MessageSujet: Re: Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]   Lun 10 Juil - 7:37

Le soldat et la fugitive
Chimère ∞ Bucky
Suffocation.
C'est toujours ce que je ressens quand le froid quitte mes veines pour me ramener à la vie. Le couvercle ouvert, je sens mon souffle se faire aussi rapide que le bip du médecin. Ils sont tous là, me regardant avec la plus grande des méfiances, comme si je pouvais devenir incontrôlable. Impossible. Ils ne m'en ont pas donné l'ordre.
Mon torse se soulève rapidement, certainement trop pour une personne normale, mais je ne suis pas normale. Je suis un soldat, et quand j'entends la voix de mon supérieur m'appeler, je ne réagis pas tout de suite. Je n'aime pas montrer une faiblesse, et la panique en est une. Je fixe un point sur le sol, laissant ma respiration se calmer tout comme les pulsations de mon coeur. Les bips se calment aussi et lorsque mon supérieur me parle encore, je redresse la tête cette fois.
- Soldat ?
Le regard droit dans ses yeux, je reste un moment silencieux. Cela les inquiète sans que je ne sache vraiment pourquoi.
- À vos ordres.
Je vois les épaules se détendre, les mâchoires se décrisper. Mon supérieur commence à avoir un sourire satisfait, je sais ce qui m'attend. Je vais m'entraîner pour que mon corps récupère, se réchauffe après une longue période de froid. Pour finir j'aurais une mission, une mission que je suis le seul à pouvoir réussir.
Je suis le soldat de l'hiver, et je suis prêt pour ma mission.

Je suis en mission de reconnaissance. Il aut d'abord connaître le terrain avant de foncer tête baisser. C'est une mission trop importante pour que je trahisse mes supérieurs. Je n'ai jamais échoué dans mes missions, je sais que je n'ai qu'une seule chance. Quitte à ce que cela prenne un jour de plus, c'est beaucoup mieux que d'échouer et de subir les conséquences. Je suis à la recherche d'un mutant à New York, dangereux, que je dois tuer à tout prix. C'est pour cela que je suis dans cette décharge si tôt dans la soirée, ou la mâtiné plutôt. Je repère les habitudes, je m'approprie les lieux. Sans savoir pourquoi, j'ai l'impression de reconnaître des aspects de cette décharge. Mais comme à mon habitude je sais éloigner ces impressions de "déjà-vu", ou plutôt on m'a appris à le faire. Rien n'a d'importance si ce n'est le succès de la mission.
Je profite alors de la fraîcheur de la nuit pour sortir. Il n'y a personne à cette heure-ci, si bien que cela me permet de me balader sans me cacher. Du moins c'est ce que je pensais. Un bruit se fait entendre. Si j'ai l'habitude de faire abstraction des bruits d'animaux, je sais que celui-ci est humain. Un nouveau bruit. Je me recule alors pour me cacher dans la pénombre. Ma mission est de tuer un mutant en particulier, peut-être que c'est lui.
Seulement, je remarque que la silhouette est bien trop petite, pas assez réfléchis. Le mutant que je cherche sait se cacher. Pas elle. Je ne bouge pas vraiment, mais je l'observe sans vergogne. Si elle devient une menace pour moi, je devrais l'éliminer sans scrupules.
Pour la mission.
Je penche un peu la tête sur le côté, intrigué de voir ses cornes se mêler à ses cheveux. Après cette observation, j'en arrive à une conclusion :  Elle ne représente pas une menace. Je ne bouge pas alors qu'elle détourne le regard vers moi. Elle s'arrête en se rendant compte qu'elle n'est pas seule et moi, je ne bouge pas. Je vois ses yeux s'écarquiller et un léger sourire naît sur mon visage. Elle a raison d'avoir peur, je suis une arme humaine et le moindre danger de sa part lui vaudra la mort. Je ne tente pas une approche tout comme je ne bouge pas. Je tente de me souvenir si une situation pareille m'est déjà arrivée. J'ai l'impression d'avoir quelques blocages qui commence à faire monter une migraine. Je secoue vivement la tête.
Non.
Non. Ce genre de situation ne m'est jamais arrivée car à chaque fois que je croisais quelqu'un, elle était une cible. Dans le cas présent, elle ne l'est pas. Je me retrouve face à une inconnue qui me met un peu mal à l'aise. Je ne connais pas ce genre d'évènement, je suis bien trop méticuleux pour cela. Je réfléchis à toute allure. Dois-je partir ? Rester sur place jusqu'à ce qu'elle parte d'elle-même ? Dois-je la tuer ?
Je devrais certainement le faire, pourtant je reste sur place, comme incapable du moindre mouvement. C'est comme si mon inconscient voulait vivre cette nouvelle expérience qu'est... la possible discussion...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chimère


avatar

Date d'inscription : 24/06/2017
Messages : 20
Nom de code : Chimère
Disponibilité RP : Deux à trois rps
Zone libre gif :
Célébrité : Jodelle Ferland
Pseudo : Rine

MessageSujet: Re: Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]   Mar 11 Juil - 3:11

Chimère s’était figée face à l’homme qui se trouvait sur sa route, encore sous l’effet de surprise dû à sa posture singulière.
Pourquoi singulière ? Parce qu’il se tenait parfaitement droit et immobile dans l’ombre de la nuit, la fixant de ses yeux bleus. Des yeux froids comme l’hiver, implacables, fixes, et pourtant empreints d’une once de curiosité.
Il ne semblait pas agressif néanmoins et pourtant la crainte naturelle de Chimère revint vite à l’assaut. Il y avait quelque chose dans ce regard qui l’inquiétait… et d’un autre côté lui rappelait quelque chose… Il lui semblait avoir déjà vu ce regard immobile et froid. Mais ou déjà ?...
Elle ne prit pas le temps d’y réfléchir. L’homme la toisait toujours sans bouger et elle ne savait pas ce qu’il lui voulait. Sa méfiance envers les “gens d’au dessus” la saisi comme une vague glacée. Pourquoi serait il ici, dans ce terrain vague ou personne ne venait de nuit, si ce n’était parce qu’elle y était ?
La fillette fit un pas en arrière, soudain effrayée. Puis un autre, les pupilles dilatées par la crainte. Soudain, sans prévenir, elle tourna les talons et s’enfuit à toutes jambes. Elle n’avait qu’une idée en tête : mettre le plus de distance possible entre elle et cet homme au regard de glace. Il se trouvait entre elle et la sortie du terrain vague. Tant pis, elle irait à l’opposé et escaladerait le grillage.
Elle rebroussa chemin aussi vite que lui permirent ses jambes et revint en courant vers les bennes à ordure. Elle n’entendait rien derrière elle, mais vu que l’homme avait l’air discret, impossible de savoir s’il la suivait ou non. Elle ne voulait pas se retourner pour vérifier…
C’est alors qu’en passant devant les larges poubelles, quelque chose la saisit par le col de son sweat, stoppant net sa course. La petite mutante poussa un cri de surprise plus que de peur avant de se faire tirer en arrière par une force puissante. L’homme l’avait il attrapée ?
Mais lorsqu’elle fut soulevée de terre et qu’elle tourna la tête, elle dû se rendre à l’évidence : ce n’était pas lui. La personne qui l’avait attrapée n’était de toute évidence pas humaine… C’était un homme, ou du moins ce qui s’en rapprochait le plus. Sa peau était grisâtre, verte par endroit et son crâne chauve portait plusieurs petites protubérances osseuses. Ses membres étaient plus longs que la moyenne et décharnés, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir une force anormale. Mais le pire était les plaques d’écailles luisantes qui parsemait sa peau ça et là et ses yeux globuleux qui semblaient totalement indépendants l’un de l’autre. Son bras qui ne tenait pas la fillette, tout comme une partie de son corps, avait prit la couleur du décor alentour et de la benne sur laquelle il était accroupi dans un camouflage parfait.

“ Salut petit mammifère. Jolies cornes. “ murmura t-il d’une voix sifflante. “ C’est rare que quelqu’un vienne encore sur mon territoire la nuit et tu es appétissante. ”

Il se lécha les babines, dévoilant une langue fourchue et des crocs acérés.
Chimère se sentit encore plus effrayée par ses paroles et son apparence qu’elle ne l’avait été par l’homme de tout à l’heure. Elle commençait à comprendre pourquoi le terrain était désert de nuit, sans même un rongeur.
Électrifiée par son instinct de survie, elle se mit à se débattre en criant. Mais ça ne dura pas longtemps, car aussitôt son agresseur la plaqua contre lui d’un bras et lui appliqua une main sur la bouche de l’autre.

“ Chh chh chhh… Ne cris pas petit mammifère, tu ne sentiras rien. “

Les griffes tranchantes comme des rasoir qui remplaçait ses ongles glissèrent sur la gorge de la petite mutante effrayée tandis que sa langue visqueuse passait avidement sur sa joue, la faisant frissonner de peur et de dégoût.
Elle tenta à nouveau de se débattre pour se tirer des griffes de ce mutant qui voulait de toute évidence la… manger ? Mais il la maintenait avec une poigne puissante et elle même n’avait pas beaucoup de force. Ses cris étaient étouffés par la main décharnée de son agresseur.
Cette fois la peur envahissait chaque parcelle de son être. Et au cœur de son esprit, dans les parties les plus sombres de son être, Mara commença à s’éveiller, alléché par la terreur de la fillette...

HS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le soldat et la fugitive [PV J.Barnes & Chimère]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baromas, soldat d'Arnor.
» [Scénario] Il faut sauver le soldat Ryan
» ENFANT SOLDAT
» comment est habillé un soldat?
» Raiser de Perse [Ex-Soldat]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel United :: Zone RP :: Etats Unis :: New York City-
Sauter vers: